Accueil- Liens
association Michele Bonnin - Burkina
FRANCE :
Association Michèle BONNIN
1, impasse des Primevères
MONTIGNY
79380 LA FORET SUR SEVRE


BURKINA FASO :
Anne-Marie BRUNEL et le Père Emile BOMBIRI
Village de Daboura
BP 26
SOLENZO
BURKINA FASO
 

  

Assemblée Générale 2022

Document présenté

Votes émis

michele bonnin copyright

michele bonnin copyright

  

JOURNEES CULTURELLES DES 1ER ET 2 MAI 2021 A DABOURA

   Avant-propos : Au Burkina le masque n'est pas un objet de parure ou de déguisement, il est le support matériel d'un esprit, d'un ancêtre ou d'une force divine. Le masque est sacralisé lors d'une cérémonie, il devient alors chargé d'une grande valeur spirituelle. L'homme qui le porte, obligatoirement un initié, cède son identité au masque et peut alors entrer en communication avec les esprits.

   Chaque année, à l'approche de l'hivernage, les responsables des masques de Daboura ont pour habitude de valoriser les masques pour marquer la fin de la saison sèche et pour célébrer plus particulièrement les masques en feuilles afin de demander aux ancêtres une bonne saison hivernale.

   C'est en ce sens que l'abbé Emile BOMBIRI a pris, avec les anciens et notables du village, l'initiative d'un week-end culturel les 1er et 2 mai afin de regrouper toutes les communautés vivant à Daboura.

& & &

   Ces journées patronnées par le Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme a aussi permis la pose de la première pierre, par Nestor KAHOUN, Directeur du Cabinet du Ministre, du futur musée des masques et instruments de musique, par et pour la population de Daboura.

   Selon ce dernier « ce musée est la vitrine de notre culture et le socle de notre développement. Ici je suis surpris de voir des Peulh et des Mossi s'exprimer très bien en bwamu et des Bwaba parlant bien le mooré. C'est vraiment à saluer et le Ministère, via la Direction Provinciale et Régionale de la Culture, accompagnera la population et le musée, car un musée peut créer un site touristique, des boutiques, des restaurants . et cela peut développer le village. »

   Le préfet du département de Solenzo, représentant le Haut-Commissaire des Banwa a remercié les organisateurs car selon lui c'est autour de la Culture que l'entente s'installe et, dès que l'entente s'installe, le développement devient possible ! »

   - "Extrait de l'article « Banwa, rites, coutumes et célébration des masques dans le village de Daboura » écrit par Salifou OUEFRAOGO." -

   Une collecte de fonds a été lancée à l'occasion de ces journées afin de soutenir la construction du musée et pour la première fois le Conseil d'Administration de l'Association Michèle BONNIN a voulu sortir de ses « accompagnements » habituels pour s'associer, par une dotation spécifique, à cette manifestation, afin de témoigner aux villageois son soutien au maintien de leurs traditions ancestrales.

PROGRAMME

             Samedi 1er Mai :

         Accueil et installation des délégations et invités, :

         20h 30 : danses culturelles : Békéba Yoro, Yéké Yoro, Saro Yoro, Hini Yoro, Yéyé Téro ...

             Dimanche 2 Mai :

         8h 00 : Offices religieux

         10h 30 : danses des « masques en fibres ».

         11h 30 : Interventions :

             Mot d'accueil de Tuandaba COULIBALY,

             Programme de la journée par Damité Honoré SIDIBE,

             « Pourquoi un musée des masques à Daboura » par Emile BOMBIRI,

             Mot du représentant du Ministère de la Culture : M. Nestor KAHOUN.

         12 h 00 : Pause de la première pierre du Musée des masques et des instruments de musique. Danse des « masques en fibres ».

         13 h 00 : Promenade dans la rue marchande avec expositions des mets traditionnels ; repas des invités,

         15 h 00 : Mot du représentant des initiés au DOO' suivi de la danse des « masques en feuilles »,

         18 h 00 : Les masques en feuilles iront chez Etienne COULIBALY puis chez Tuandaba COULIBALY,

         20 h 00 : Clôture des journées.

michele bonnin copyright

michele bonnin copyright

 

Formations au CFAD en janvier 2021

   A Daboura, du 19 au 23 Janvier 2021, le CFAD (Centre de Formation en Agro-écologie de Daboura) a organisé, dans le cadre du projet

   « Jeunesse engagée pour la résilience aux effets des changements climatiques » une formation cofinancée par le F I E (Fonds d'Intervention pour l'Environnement) du Burkina-Faso.

      Durant ces 5 jours, 24 stagiaires ont suivi une formation répartie selon 9 modules :

             -le compostage aérobie,

             -les planches à économie d'eau,

             -les techniques de culture potagère,

             -la lutte intégrée et la santé des plantes avec les bio-insecticides,

             -les techniques de mise en place de pépinières d'arbres,

             -les techniques de reboisement, d'entretien et de greffage,

             -la lutte anti-érosive (cordons pierreux, haies vives, bandes enherbées, diguettes .)

             -les techniques générales d'apiculture,

             -la production de semences paysannes maraîchères.

michele bonnin copyright

                         Planche à économie d'eau                      Techniques générales d'apiculture                 Compostage aérobie

Foyer de jeunes filles (février 2021)

   En projet depuis la rentrée 2020, le foyer de jeunes filles porté par l'Association des Parents d'Elèves (APE) de Daboura, suite à l'ouverture de la première classe de seconde, est désormais une réalité.

   Pour les familles éloignées qui sont confrontées à la difficulté de trouver une famille d'accueil ou une chambre à louer, cet hébergement collectif semble la meilleure réponse face au risque de « grossesse non désirée », fléau pour les filles qui entrent au lycée.

   Ce sont donc 6 adolescentes qui vont pouvoir vivre, dans un lieu « sécurisé », proche du collège, encadrées par une coordinatrice, qui veillera à la bonne organisation de la communauté.

michele bonnin copyright

                         Groupe des filles du foyer                      Filles en pleine cuisine                           Groupe en activité au puits

Mars 2021 - Le ramassage des mangues a débuté

michele bonnin copyright

       Les mangues sont là, en quantité, cela va permettre aux femmes de produire jus et confitures dans l'atelier de transformation

 

            


mentions légales - michèle bonnin 2008 - création mdreso